Publié le 14 Octobre 2016

Les étangs du Romelaëre

A l'occasion de la Course du Marais de Saint-Omer (lien photos ici), je me suis rendu compte que je n'avais pas encore posé mon regard sur ce joli coin de l'Audomarois. En guise de premier aperçu, j'ai profité d'une belle après-midi d'automne pour me promener dans la Réserve naturelle nationale des étangs du Romelaëre du côté de Clairmarais.

Ouvert du 15 mars au 15 décembre, ce site d'une centaine d'hectares permet de découvrir un paysage unique composé d'étangs, de prairies et de tourbières. Pour les amoureux de la nature, voici une excellente occasion d'observer la faune et la flore spécifiques à ce genre d'endroit. Par exemple, plus de 200 espèces d'oiseaux y nichent comme le Grand Cormoran ou le Héron garde-boeufs. Tous les habitants de cette réserve sont pour la plupart invisibles et silencieux. Il faut donc faire preuve de beaucoup de patience pour pouvoir les admirer.

Du coup, il règne une ambiance sacrément mystérieuse dans ce labyrinthe marécageux. C'est à la fois pesant et relaxant. Par une matinée brumeuse ou un jour d'Halloween, cela pourrait carrément devenir flippant. L'imagination fait le reste. Cela me rappelle le clip de Dirty Creature de Split Enz (vidéo ci-dessous). Qui a poussé ce cri strident ? C'est quoi ce remous bizarre dans l'eau ? Marie Groëtte n'est-elle qu'une légende ? Puis-je exceptionnellement lui préférer la Dame du Lac ? Après tout, j'en ai marre de ne photographier que des paysages !

Plus sérieusement, sachez que la Maison du Romelaëre (Grange Nature) est à votre disposition pour répondre à vos questions sur la réserve. Vous trouverez un lien en fin d'article. Bien sûr, cette visite n'est qu'un échantillon de ce que vous pouvez faire dans les environs. D'autres excursions en bateau dans le Marais ou à pied dans la Forêt de Clairmarais vous attendent pour compléter cette charmante sortie.

 

Le Zieux est le nom de la rivière qui borde la réserve.

Le Zieux est le nom de la rivière qui borde la réserve.

L'entrée de la réserve.

L'entrée de la réserve.

Le site est bien aménagé.

Le site est bien aménagé.

Entre ombre et lumière.

Entre ombre et lumière.

Comme un air d'automne dans la réserve.

Comme un air d'automne dans la réserve.

Salut ! Tu viens te baigner ?

Salut ! Tu viens te baigner ?

Tout ça pour prendre une mouette !

Tout ça pour prendre une mouette !

C'est étrange ce silence !

C'est étrange ce silence !

Les étangs du Romelaëre
Même pas une petite barque !

Même pas une petite barque !

Les étangs du Romelaëre
Heureusement qu'il n'y a pas d'alligator par ici !

Heureusement qu'il n'y a pas d'alligator par ici !

Si vous pouviez m'aider...

Si vous pouviez m'aider...

L'ambiance mystérieuse du Romelaëre.

L'ambiance mystérieuse du Romelaëre.

Les étangs du Romelaëre
L'automne ternit le paysage.

L'automne ternit le paysage.

Les deux soleils du Romelaëre.

Les deux soleils du Romelaëre.

Les étangs du Romelaëre
Le bac en option.

Le bac en option.

La sorcière Marie Grouette aussi !

La sorcière Marie Grouette aussi !

Les étangs du Romelaëre
En gros, vous êtes ici.

En gros, vous êtes ici.

Retour à la civilisation. Enfin, presque !

Retour à la civilisation. Enfin, presque !

En bonus, le clip de Split Enz qui date de 1982.

Voir les commentaires

Rédigé par V. Pennel

Publié dans #Pas-de-Calais

Publié le 27 Septembre 2016

Le premier album de Zero

Sur Courants d'Aire, on s'offre une parenthèse musicale avec le premier album du groupe Zero qui sortira le 28 octobre prochain. C'est le seul projet que j'ai financé sur My Major Company... en 2011. Et oui, cela date de 5 ans ! A l'époque, je tenais encore un blog musical qui s'appelait le Mag de Kill-eye.

De loin, la musique de Zero ressemble à du Noir Désir. Plus on se rapproche, plus on découvre un univers sombre peuplé de riffs énergiques et de mots renversants. Dans le petit monde du rock français, Zero pourrait devenir la référence. La patte d'Adrien Bricard ne vous laissera pas indifférent. Dès la première écoute, j'avais trouvé cela percutant.

Comme premier extrait, je vous propose de découvrir le magnifique Quand Est-Ce Qu'On Arrive. C'est une petite pépite. Un premier single intitulé Le Hasard devrait bientôt passer sur les ondes. C'est le second titre à écouter ci-dessous. Jamais deux sans trois. On finit cet aperçu avec le mid-tempo Par Terre. La page Facebook du groupe se trouve ici. Vous y trouverez toutes les infos nécessaires.

Mise à jour octobre 2016 : j'ajoute le clip officiel pour Le Hasard. Ce titre intègre ma playlist du moment à écouter sur Deezer ici.

On démarre avec Quand Est-ce Qu'On Arrive, une petite pépite.

On enchaîne avec Le Hasard, le premier single.

On finit bien sûr Par Terre...

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Musique

Publié le 20 Septembre 2016

Le Kasteel Meulen (Moulin du Château).

Le Kasteel Meulen (Moulin du Château).

Pour une fois, j'avais bien préparé ma balade en imprimant une jolie carte et un joli topo disponibles ici. Bien sûr, arrivé sur place, j'avais dû me rendre à l'évidence. J'avais tout oublié sur le bureau... Qu'importe ! Aujourd'hui, l'été avait décidé de se faire la belle à Cassel. Plus de trente degrés au thermomètre. Pas un nuage à l'horizon. Je suis parti à l'aventure dans les ruelles de cette superbe ville qui domine la plaine des Flandres françaises.

D'une altitude de 176 mètres, le Mont Cassel attire de très loin l’œil. Difficile de le manquer. A son sommet, on comprend vite l’intérêt stratégique du site en contemplant les différents panoramas proposés. Au sud, par exemple, comment ne pas être frappé par la rectitude des voies romaines ? Elles étaient au nombre de sept à converger vers le Mont. Dommage. Mes photos ne le montrent pas assez, voire pas du tout.

Sur les hauteurs de Cassel, la visite du jardin public permet aussi de contempler le Kasteel Meulen, à savoir le Moulin du Château. Fabriqué en bois, ce moulin à vent sur pivot se visite le week-end et tous les jours en juillet et août. Il y a un siècle, la ville en dénombrait plus d'une vingtaine.

Dans les rues et ruelles de Cassel, chaque maison a son histoire. Chaque façade est à contempler. Sur la Grand Place, le Musée Départemental de la Flandre est ainsi un ancien hôtel dont la façade remonte au XVe siècle. Je ne parle même pas des monuments comme la Collégiale Notre-Dame qui date du XIe siècle et de la Chapelle des Jésuites qui se dressent avec fierté à l'est de la ville.

Portes et chapelles jalonnent cette escapade dans cette charmante cité pavée. Qu'il fait bon flâner le long des remparts. Qu'il fait bon s'y perdre. En vain, j'ai attendu ma Juliette. Le cœur vide, il me restait cependant une alternative : me remplir le ventre dans l'un des nombreux estaminets de la ville. Pour anticiper la digestion, j'ai descendu... et remonté la Porte d'Aire. Je me souviens l'avoir fait en VTT.

Sur le chemin du retour, je suis certain d'avoir oublié des choses. Tant mieux ! Il faudra revenir. D'autant que l'été ne semble pas vouloir tirer sa révérence. Aujourd'hui, c'était une sorte de pèlerinage pour moi. Sans Porte d'Aire, point de Courants d'Aire...Je ris tout seul. Sûr que j'ai dû attraper un coup de chaud tout là-haut !

La Collégiale Notre-Dame de Cassel.

La Collégiale Notre-Dame de Cassel.

Autour de l'église.

Autour de l'église.

La tour carrée au-dessus du choeur.

La tour carrée au-dessus du choeur.

La façade de la Chapelle des Jésuites (1687).

La façade de la Chapelle des Jésuites (1687).

Panorama au nord du cimetière.

Panorama au nord du cimetière.

Sur la Porte de Dunkerque.

Sur la Porte de Dunkerque.

La Grand Place.

La Grand Place.

L'Hôtel de la Noble Cour devenu le Musée Départemental de Flandre.

L'Hôtel de la Noble Cour devenu le Musée Départemental de Flandre.

L'Office de Tourisme.

L'Office de Tourisme.

La façade de la Poste.

La façade de la Poste.

Rue Alexis Bafcop. Passage du Casino ?

Rue Alexis Bafcop. Passage du Casino ?

Chapelle dite de Horne.

Chapelle dite de Horne.

Les pavés de la rue de Dunkerque.

Les pavés de la rue de Dunkerque.

Panorama au nord.

Panorama au nord.

Chaque maison a son histoire.

Chaque maison a son histoire.

Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
La Porte du Château.

La Porte du Château.

Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Le moulin et la statue à contre-jour.

Le moulin et la statue à contre-jour.

Fin d'été au Mont Cassel
Salut les p'tits clous !

Salut les p'tits clous !

Dans les ruelles de Cassel.

Dans les ruelles de Cassel.

Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Le long des remparts.

Le long des remparts.

Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
En vain, j'ai attendu ma Juliette...

En vain, j'ai attendu ma Juliette...

Et ce poème que j'avais eu tant de mal à écrire ?

Et ce poème que j'avais eu tant de mal à écrire ?

Fin d'été au Mont Cassel
Fin d'été au Mont Cassel
Qui dit Porte d'Aire, dit forcément Courants d'Aire.

Qui dit Porte d'Aire, dit forcément Courants d'Aire.

C'était le mot de la fin.

C'était le mot de la fin.

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Nord

Publié le 11 Septembre 2016

Un jeune goéland contemple l'estuaire de l'Yser.

Un jeune goéland contemple l'estuaire de l'Yser.

Comme vous pouvez le lire sur Report@ire (liens 1 et 2), le prologue du Lotto Belgium Tour avait pour cadre l'embouchure de l'Yser (IJzer) à Nieuport (Nieuwpoort). L'Yser est un petit fleuve qui prend sa source en France à Buysscheure au nord de Saint-Omer. D'une longueur de 80 kilomètres environ, il traverse les Flandres française et belge avant de se jeter dans la Mer du Nord à Nieuport. J'avais eu l'occasion d'en parler lorsque le Tour de Belgique avait fait escale à Dixmude (Diksmuide) en mai 2014 (lien).

En préparant mon déplacement, je me suis rendu compte que l'endroit ne manquait pas de charme. Il aurait donc bien été dommage de ne pas en profiter pour improviser une petite visite. Même pour une demi-journée. Malheureusement, le ciel était bien bas ce jour-là. Sans soleil, ce n'était pas l'idéal pour prendre des photos. Tant pis !

Délimité par deux longues estacades cyclables, l'estuaire offre un contraste comme seule la côte belge sait en proposer. Sur la rive gauche bétonnée, la station balnéaire offre un cadre idéal aux familles avec sa digue, ses rues commerçantes et sa longue plage de sable fin. Sur la rive droite, c'est l'opposé. Délimitée par un domaine militaire, une réserve naturelle (De Ijzermonding) s'étend sur 130 hectares. Polders, pré salés et vasières s'offrent à la vue des promeneurs. Haut de 29 mètres, le phare aux rayures rouges et blanches est un joli point de repère visuel. Tout comme le fanal et la corne de brume au bout de chaque jetée.

Le chenal est long de deux kilomètres. A son extrémité, se dresse le plus grand port de plaisance de la Mer du Nord. C'est l'endroit où on laisse la voiture pour visiter la réserve naturelle. De l'autre côté du pont routier, un original complexe d'écluses en forme de patte d'oie (De Ganzepoot) vaut le coup d’œil. La statue équestre du Roi-Chevalier Albert I se trouve à proximité.

L'essentiel de ma balade matinale s'est concentrée sur la rive droite où j'ai croisé beaucoup de vélos. C'est assurément le moyen de locomotion recommandé pour visiter l'endroit. Sinon, un service de bac relie les deux rives. Attention, il n'est assuré que le weekend, les jours de fêtes et les vacances scolaires. Et dire que je ne n'ai même pas photographié la tortue géante en bronze de 6 tonnes qui se trouve sur la digue, rive gauche. Searching for Utopia est l’œuvre de Jan Fabre. Cela sera pour une autre fois. Et sous un ciel bleu !

La réserve naturelle de l'Yser (De Ijzermonding)

La réserve naturelle de l'Yser (De Ijzermonding)

L'estuaire.

L'estuaire.

De rive en rive.

De rive en rive.

Un contraste assez net.

Un contraste assez net.

Sur l'estacade de la rive droite.

Sur l'estacade de la rive droite.

L'autre estacade donne l'impression de s'enfoncer dans la mer.

L'autre estacade donne l'impression de s'enfoncer dans la mer.

Au loin, à l'est, Middelkerke.

Au loin, à l'est, Middelkerke.

Le fanal en vue.

Le fanal en vue.

Dans l'estuaire de l'Yser
L'accès à la plage. J'étais tout seul !

L'accès à la plage. J'étais tout seul !

Le phare de Nieuport (Nieuwpoort).

Le phare de Nieuport (Nieuwpoort).

Les deux jetées délimitant l'estuaire.

Les deux jetées délimitant l'estuaire.

Le port de plaisance.

Le port de plaisance.

Rive gauche durant le prologue.

Rive gauche durant le prologue.

Le ciel commence à s'éclaircir...

Le ciel commence à s'éclaircir...

Attends ! On va la refaire. À trois, tu me regardes... Merci mon pote !

Attends ! On va la refaire. À trois, tu me regardes... Merci mon pote !

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Belgique

Publié le 1 Septembre 2016

Le soleil finit toujours par se coucher

Mercredi 31 août 2016. 19h30. C'est la marée basse à la Pointe aux Oies près de Wimereux. Demain, c'est la rentrée des classes. Pour moi, aujourd'hui, il s'agit surtout d'une grosse sortie. Le genre d'évènement qui arrive rarement dans une vie professionnelle. Une décision a priori complètement insensée. Et pourtant, je me sens prêt : "I am ready" (Colorblind - Counting Crows).

"Aux plus mauvais jours, comme aux meilleurs, le soleil finit toujours par se coucher" disait Jeffery Deaver. C'est précisément la raison pour laquelle je suis venu ici ce soir. C'est une façon de tourner la page. "Get to know the feeling of liberation and relief" comme le chantait Crowded House pour conclure l'épique Don't Dream It's Over.

Sur la longue plage bordant les dunes de la Slack, les vacanciers ont déserté les lieux. Place aux rares habitués qui courent ou se promènent. Ils semblent à la fois plongés dans leurs pensées et si fiers de leur liberté. Savoir profiter du moment présent. Au crépuscule, dans un joli délire, un père et son fils - je crois que j'ai oublié le chien - prennent un dernier bain avant la rentrée.

La mer remonte. J'ai les pieds mouillés. Petit retour à la réalité. A force de trop penser, je risque de m'ensabler. Il va falloir songer à rentrer. Demain, après tout, le soleil finira bien par se lever. De nouveau, il finira par se coucher. Et moi, je serai encore là pour l'observer. Seul ou accompagné, Illuminé ou aveuglé.

Marée basse à la Pointe aux Oies.

Marée basse à la Pointe aux Oies.

Le soleil finit toujours par se coucher
Les Dunes de la Slack.

Les Dunes de la Slack.

On est dans le désert...

On est dans le désert...

Wimereux.

Wimereux.

Kitesurf ou mouette-surf ?

Kitesurf ou mouette-surf ?

Le soleil finit toujours par se coucher
je tenterai bien un dogsurf, mais...

je tenterai bien un dogsurf, mais...

Ambleteuse.

Ambleteuse.

Le soleil finit toujours par se coucher
Je m'éloigne...

Je m'éloigne...

Le soleil finit toujours par se coucher
Que ça fait du bien !

Que ça fait du bien !

Seul ou accompagné...

Seul ou accompagné...

Tout ce qui brille n'est pas or...

Tout ce qui brille n'est pas or...

Mais quand même !

Mais quand même !

Un bonheur simple.

Un bonheur simple.

Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Illuminé ou aveuglé...

Illuminé ou aveuglé...

Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Le soleil finit toujours par se coucher
Le coucher de soleil ne sera pas parfait...

Le coucher de soleil ne sera pas parfait...

Mais ce c'est pas ça l'essentiel.

Mais ce c'est pas ça l'essentiel.

Le soleil finit toujours par se coucher
Le Crépuscule des Oies.

Le Crépuscule des Oies.

Une dernière baignade avant la rentrée.

Une dernière baignade avant la rentrée.

N'oubliez pas d'éteindre la lumière en partant.

N'oubliez pas d'éteindre la lumière en partant.

Voir les commentaires