Infidélité drômoise 2 - Col de la Croix

Publié le 2 Août 2010

(c) V. Pennel - Sur la jolie route du Col de la Croix.

(c) V. Pennel - Sur la jolie route du Col de la Croix.

Nous sommes donc lundi. Aujourd'hui, il faut tout d'abord faire les courses pour remplir le frigo et accessoirement éviter la cohue au supermarché. Il est quasiment midi quand je mets le vélo dans la voiture. Après la déception d'hier, j'ai choisi d'escalader le Col de la Croix par son versant Est. En partant du Pont de Sainte-Croix, le parcours fait une bonne vingtaine de kilomètres. C'est largement suffisant pour affronter une première difficulté.

(c) V. Pennel - Route d'Aurel - Les ruines de Pontaix.

(c) V. Pennel - Route d'Aurel - Les ruines de Pontaix.

Culminant à 745 mètres, le Col de la Croix est en effet un bon terrain d'entraînement. Si vous l'escaladez en venant de Beaufort-sur-Gervanne, la pente est douce jusqu'au village de L'Escoulin. Ensuite, trois kilomètres plus rudes vous attendent pour accéder au sommet. C'est une sorte d'alternative à la Vallée de la Roanne avec une petite route désertée par les voitures. Nous sommes dans l'extrémité sud du Vercors et c'est aussi une autre facette de la Drôme. Le dépaysement est rapidement assuré. L'autre versant est sans doute plus irrégulier avec un pourcentage élastique. Les premiers lacets sont raides tout comme le dernier kilomètre. Entre deux, vous avez la possibilité de récupérer après le hameau de Lallet.

Infidélité drômoise 2 - Col de la Croix
(c) V. Pennel - Mon lacet est délié.

(c) V. Pennel - Mon lacet est délié.

Auparavant, il faut escalader la petite bosse qui mène au village de Sainte-Croix. Puis, il faut accéder à la Vallée de Quint par le Passage des Tourettes. La Sure coule en contrebas. La Forêt Domaniale de St-Genix donne des couleurs à ce paysage aride. Enfin, un replat conduit jusqu'au pied du col. Il ne faut pas oublier de tourner à gauche. Sinon, vous vous retrouvez à St Julien en Quint pour une possible ascension du Col de Marignac (743 m).

(c) V. Pennel - Bain de soleil pour les fantômes à Lallet.

(c) V. Pennel - Bain de soleil pour les fantômes à Lallet.

Ce 5 juillet, le vent souffle assez fort. Il vient de l'ouest. Force est de constater que la partie s'annonce délicate. Les premiers kilomètres sont normalement les plus faciles. Pourtant, ils m'épuisent. Les jambes sont toujours lourdes. La gorge est rapidement sèche. Dès les premiers mètres du col, l'échec est cuisant. J'ai beaucoup de mal à atteindre le lacet suivant. Mon développement semble trop grand et l'endurance me fait défaut. Il ne me reste plus qu'à m'arrêter prendre des photos. Au moins, cela romancera le récit et me servira d'alibi. On se console comme on peut !

(c) V. Pennel - La Vallée de Quint.

(c) V. Pennel - La Vallée de Quint.

(c) V. Pennel - Au loin, la délivrance.

(c) V. Pennel - Au loin, la délivrance.

Tel un escargot, j'arrive à Lallet. Cet endroit n'a pas changé depuis tout ce temps. On dirait toujours un village fantôme. Cette impression est renforcée par le bruit du mistral qui se heurte aux maisons et bouscule les pylônes. Ce son un tantinet effrayant me rappelle celui du vent du nord s'invitant sous la toiture du coron chez ma grand-mère. Il se faufilait partout, dans les murs ou sous le parquet en bois. Il ne frappait jamais avant d'entrer...

(c) V. Pennel - Alors ça, c'est fait !

(c) V. Pennel - Alors ça, c'est fait !

Je retrouve mes esprits à la sortie du hameau. De mémoire, je sais que les deux prochains kilomètres sont plus faciles. C'est en effet le cas et le moral remonte un peu. C'est toujours ça de pris. Les virages se succèdent permettant d'esquiver partiellement les rafales. La route s'élève néanmoins de nouveau à l'abord du dernier kilomètre. Un Grand Prix de la Montagne est annoncé deux fois à un kilomètre sur la route. Certainement un mirage... Je finis à la ramasse. C'est mon premier col depuis 13 ans !

(c) V. Pennel - Dernier du Grand Prix de la Montagne. Applaudissements svp !

(c) V. Pennel - Dernier du Grand Prix de la Montagne. Applaudissements svp !

Au sommet du col, je prends le temps de récupérer et de contempler le panorama. Je fais le zouave avec ma caméra. Mes yeux tombent sur un repère de nivellement IGN incrusté dans la roche. Drôle de fossile ! Le panneau de col a aussi changé. Il est plus coloré. Cela suffit pour aujourd'hui et je rebrousse chemin. Je commence à avoir faim...
 

(c) V. Pennel - Après le GPM, voici le GPS version IGN.

(c) V. Pennel - Après le GPM, voici le GPS version IGN.

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme

Commenter cet article