Infidélité drômoise 23 - Col de la Chaudière bis

Publié le 20 Juillet 2011

(c) V. Pennel - La Chaudière fume ce mercredi.

(c) V. Pennel - La Chaudière fume ce mercredi.

Mercredi 29 juin 2011. Après le Col de Pennes hier, je choisis à nouveau une sortie courte. La météo est maussade. Le mistral s'en donne à cœur joie. L'occasion est excellente pour gravir le Col de la Chaudière une seconde fois. Il fait 25° dans la vallée. Il ne pleut pas. Les Trois-Becs sont dans les nuages.

Infidélité drômoise 23 - Col de la Chaudière bis
Infidélité drômoise 23 - Col de la Chaudière bis

Je parviens aux Auberts en 32 minutes, soit trois minutes de mieux que mercredi dernier. Pas de quoi sauter au plafond. En revanche, je m'améliore nettement sur le reste de la montée avec un bon coup de pédale. Je suis satisfait. Je termine en moins d'1H10 (1H09). Il fait 15° en haut. L'imperméable est indispensable pour redescendre. Sur Saillans, l'atmosphère se réchauffe. Le beau temps revient déjà.

(c) V. Pennel - Le soleil revient déjà sur Saillans.

(c) V. Pennel - Le soleil revient déjà sur Saillans.

(c) V. Pennel - La Montagne Girard domine Chastel-Arnaud.

(c) V. Pennel - La Montagne Girard domine Chastel-Arnaud.

Jeudi 30 juin. Je fais une randonnée pédestre du côté de Chastel-Arnaud. Je monte au Col du Perrier où je recherche vainement le chemin de la Chapelle des Sadoux. J'avais oublié le Col de Faraud entre deux. Je me promène tranquillement sur la Serre des Trois Bornes et la Serre de l'Aup.

(c) V. Pennel - Sur le chemin du Col du Perrier.

(c) V. Pennel - Sur le chemin du Col du Perrier.

Le vélo est dans le coffre de la voiture. Je me gare au niveau de la Mairie. Je ne résiste pas à l'envie de sortir le vélo sur cette route qui m'est si familière. Stupeur ! Le pneu avant est à nouveau dégonflé. Je le regonfle et descends sans attendre sur Saillans. Je ne déclenche pas le chronomètre. C'est d'abord un plaisir. Le pneu ne va pas tenir longtemps. En remontant au Rif des Fauries, je suis contraint de mettre pied à terre à 1 kilomètre du but. Je finis le reste à pied. L'histoire se répète car il y a une vingtaine d'années, faute d'énergie, je terminais souvent mes circuits de cette façon. On ne se refait pas !

 

2ch7.jpg

                 Dans les années 90 !

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme

Commenter cet article

l'Ange Blanc 03/01/2012 22:24

bonsoir Vincent, et bien moi qui suis un inconditionnel de la Drôme et un amoureux de la Drôme Provençale, je peux dire que je me régale de tes photos et commentaires durant ton périple Drômois.
J'ai eu connaissance de ton blog en visitant celui de Gérard. j'ai moi même créer mon propre blog pour faire partager cette amour de la D.P. Amicalement.