Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière

Publié le 3 Août 2010

(c) V. Pennel - Saillans et son église à l'aube d'un nouveau jour.

(c) V. Pennel - Saillans et son église à l'aube d'un nouveau jour.

Mardi, le réveil est toujours aussi matinal. J'ouvre immédiatement les fenêtres pour laisser entrer un peu de fraîcheur dans le gîte. Dehors, les martinets noirs multiplient leurs rondes à toute allure. Comme au crépuscule, ils tournent et tournent en groupe en criant de façon stridente. Je m'habitue à ce rituel. Après avoir déjeuné et pris une douche, je m'équipe en conséquence. Il faut bien digérer. Aujourd'hui, je m'attaque au Col de la Chaudière.

(c) V. Pennel - Le Col de la Chaudière culmine à 1047 mètres.

(c) V. Pennel - Le Col de la Chaudière culmine à 1047 mètres.

J'arrive à Saillans sur le coup de neuf heures. Le village est encore à moitié endormi. Que j'aime cette sensation matinale. Les rues sont calmes et une belle journée se profile à l'horizon. J'achète du pain et le journal avant de regagner le parking situé avant le pont. Le Col de la Chaudière ne m'est pas inconnu. Depuis le milieu des années 80, mes parents louent un gîte à Chastel-Arnaud. Le vélo est rapidement devenu une passion sur ces routes. Je n'oublierai jamais la première fois que j'ai gravi les Trois-Becs. J'ai d'ailleurs déjà écrit à ce sujet ici.

(c) V. Pennel - Parfois, la route ressemble à un torrent. On nage contre le courant.

(c) V. Pennel - Parfois, la route ressemble à un torrent. On nage contre le courant.

L'émotion prend presque le dessus. Pourtant, il ne faut pas se laisser griser. Il y a un col à monter ! Près de 770 mètres de dénivelé en un peu moins de 12 kilomètres. Vais-je y arriver ? Cette fois, je ne démarrerai pas de Chastel-Arnaud, ce qui veut dire qu'il faut ajouter les deux bosses avant et après le pont. Une mise en jambe plutôt sympa où je me couche déjà sur le vélo. Cette fois-ci, le vent est dans le dos. C'est certainement la raison pour laquelle je ne m'arrête pas avant deux kilomètres. C'est parti pour les séances photo ! Comme son nom l'indique, le col de la Chaudière n'a pas son pareil pour vous asphyxier. C'est une cuisson à l'étouffée. Le petit morceau de viande que je suis est rapidement cuit. Je me fais même une petite frayeur en mettant pied à terre. Une vive douleur au mollet droit surgit sans crier gare tel un gros pincement. Je peux néanmoins continuer.

Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière
Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière
(c) V. Pennel - Quand la montagne se dresse avec autorité.

(c) V. Pennel - Quand la montagne se dresse avec autorité.

La pente est toutefois progressive jusqu'au village des Auberts. Ma résistance est mise à rude épreuve. Je n'arrive pas à tirer le petit plateau plus d'une centaine de mètres. Heureusement, l'accalmie est en vue après ce hameau. Je constate que la source à la sortie du village a été baptisée Fontaine des Faux. Le banc est toujours là cinquante mètres plus bas au bord de la route. Je remplis les bidons et continue ma route. Tout va bien jusqu'à la borne des quatre derniers kilomètres. Dans mon premier récit, j'appelais cet endroit le tremplin. D'accord, c'est un peu exagéré et la Forêt Domaniale de l'Aup fait diversion. Mais le résultat est le même. Je n'arrive pas à passer cet obstacle. C'est la fin des haricots !

Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière
(c) V. Pennel - Au moins ici, il y a de l'ombre.

(c) V. Pennel - Au moins ici, il y a de l'ombre.

Derrière ce virage, m'attend de plein face la montagne. La collision est toujours aussi impressionnante. Je n'arrive pas à trouver l'angle idéal pour prendre une photo. A cet endroit, les Trois Becs se dressent avec beaucoup d'autorité. C'est impressionnant. Dans le ciel, les avions ne cessent de défiler. Même la Lune n'ose se cacher. J'avale un gel énergétique par sécurité. La prochaine étape me conduit jusqu'à un carrefour. A gauche, la route mène au village de La Chaudière. A droite, l'ascension du col continue. Je me souviens avoir pensé à faire demi-tour à cet instant lors de ma "première fois". Totalement irréel.

Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière
(c) V. Pennel - Le vélo pose devant le panneau.

(c) V. Pennel - Le vélo pose devant le panneau.

Dès lors, une véritable course contre la montre s'engage. Le sommet approche trop lentement et les forces diminuent. Cela fait un bout de temps que je contourne cette montagne. Je fais preuve d'impatience. Le mental, c'est tout ce qu'il me reste. Lentement mais sûrement, j'arrive enfin en haut du col. Le temps n'est pas fameux : 1H26. Je ferais sans doute mieux la prochaine fois...

Infidélité drômoise 3 - Col de la Chaudière
(c) V. Pennel - Versant sud - Le sommet du col de la Chaudière.

(c) V. Pennel - Versant sud - Le sommet du col de la Chaudière.

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme, #Saillans

Commenter cet article