Articles avec #rimon & savel tag

Publié le 29 Août 2015

Ce blog va-t-il atteindre des sommets ?!!!

Ce blog va-t-il atteindre des sommets ?!!!

Quand j'ouvre les volets du gîte communal à Rimon et Savel, j'ai la chance de tomber sur un spectacle incroyable. Il y a des montagnes de partout. D'une certaine façon, je voyage déjà avec les yeux. Mais à pied, ne serait-ce pas mieux ? D'autant que je remonte dans deux jours... J'ai besoin d'évasion ! Hors de question de prendre la voiture. Il faut que je trouve quelque chose à gravir. Pourquoi pas la Pale ?

Au départ du village, au sud, en effet, c'est la montagne qui semble la plus proche à vol de martinets. D'ici, elle ressemble à un aileron de requin. L'idée me semble excellente. Je décide de partir à la fraîche pour éviter la chaleur et pour bénéficier au mieux de la lumière du soleil dans la direction souhaitée.

7H30. Je mets les voiles. J'emprunte tout d'abord la piste carrossable qui mène au col de Royet. Je laisse le village derrière moi. 140 mètres de dénivelée en à peine 2 kilomètres, la mise en jambes est parfaite. Aussitôt sur le plateau, au Clos du Ciel (aire d'envol des parapentistes), je prends le premier chemin à droite. Après avoir franchi une barrière, je poursuis ma progression de façon paisible. En fait, cette première partie de randonnée consiste à contourner le Ravin de la Fontonne par l'est.

Après deux gros kilomètres, dans un virage, c'est par instinct que je quitte le chemin pour filer sur la crête qui se présente plein sud. La visibilité se réduit un peu. Mais je tombe très vite sur une sente qui se faufile entre pelouses et buis. Un sommet se profile à l'horizon. Est-ce le bon ? Non, c'est un hors d’œuvre. La Pale est juste derrière. L'endroit n'a pas de nom. Je décide de le baptiser Pas de la Palette (1267 mètres).

Je rigole moins quand je me rends compte qu'il va falloir descendre de ce promontoire pour poursuivre l'aventure. Aussi court soit-il, c'est sans doute le moment le plus délicat de la randonnée. Le passage est abrupte, difficile à trouver. Il faut faire preuve de prudence. J'assure mes pas et mes prises pour en venir à bout. Au retour, je sens que je vais passer ailleurs...

C'est le début de l'ascension finale. La pente se fait plus raide. Il n'y a plus véritablement de sentier. Je me déplace parallèlement à la ligne de crête. Pelouses, buis et conifères recouvrent de façon aléatoire la montagne. Soudain, au sommet d'un triangle de verdure, j'aperçois un cairn. L'heure de la délivrance approche. Le sommet est vaincu à une altitude de 1340 mètres. Il m'a fallu 2h15 pour y parvenir.

Le panorama à 360 degrés est assurément la plus belle des récompenses. Si j'ai du mal à distinguer à contre-jour le Glandasse et le Dévoluy plongés dans la Brume, en revanche, pour le reste, c'est incroyable. Au sud, voici le village de Pennes-le-Sec que je n'ai jamais vu sous cet angle. Les rochers des Blaches passeraient presque inaperçus. C'est pour dire ! La Vallée de la Roanne est reconnaissable avec Pradelles coincé entre Reychas et le Parquet. A l'ouest, le massif des Trois Becs règne sur son royaume en dominant une ribambelle de sommets. Couspeau, Chabanat, Aup ou encore Faraud constituent en quelque sorte la cour du roi. Au nord, j'aperçois Rimon blotti sous son rocher. Derrière, la silhouette du Grand Barry ressemble à une pyramide. Au loin, le Vercors... Il est impossible de tout décrire !

Devant cet écrin de montagnes, je passe un long moment à rêvasser. Il est pourtant l‘heure de redescendre. Je retourne quasiment sur mes pas en me détachant légèrement de la crête. J’évite ainsi d’escalader le Pas de la Palette précédemment inauguré. Au détour d’un pré, je découvre un pin dont le tronc est incroyablement courbé. Plier mais ne pas rompre. Dame Nature me réserve encore une belle surprise. Au final, je retombe sur le chemin que j’avais quitté à l’aller. C’est toujours aussi paisible. Je croise seulement un vététiste. Attention toutefois à la présence éventuelle d’un troupeau dans le secteur. Sur le coup de midi, je suis de retour à Rimon après avoir parcouru une douzaine de kilomètres.

--------------------------------------------------------------------------------------

Pour conclure cette édition 2015 de mes aventures touristiques dans la Drôme, il me reste deux ou trois épisodes à vous proposer. Je les publierai un peu plus tard, vers la fin de l’année. Merci de votre lecture.

Au premier plan, la piste qui mène au Col du Royet.

Au premier plan, la piste qui mène au Col du Royet.

Paisible est le mot qui convient le mieux.

Paisible est le mot qui convient le mieux.

Un superbe panorama avec le village de Rimon à droite.

Un superbe panorama avec le village de Rimon à droite.

A l'est, le fantôme du Glandasse.

A l'est, le fantôme du Glandasse.

Au loin, le Pas de Jansac avec les antennes.

Au loin, le Pas de Jansac avec les antennes.

J'adore cette ambiance matinale.

J'adore cette ambiance matinale.

Pas de la Palette. Un premier mont gravi, mais ce n'est pas fini.

Pas de la Palette. Un premier mont gravi, mais ce n'est pas fini.

La Pale se profile à l'horizon.

La Pale se profile à l'horizon.

Encore un petit effort. Le sommet approche...

Encore un petit effort. Le sommet approche...

ça y est !

ça y est !

C'est fou ce qu'on peut faire en 10 secondes. En exclusivité, la photo du pâlot de la Pale.

C'est fou ce qu'on peut faire en 10 secondes. En exclusivité, la photo du pâlot de la Pale.

Panorama au sud. Angèle tout au fond.

Panorama au sud. Angèle tout au fond.

Panorama à l'ouest. Quelle vue !

Panorama à l'ouest. Quelle vue !

Rimon et le Grand Barry.

Rimon et le Grand Barry.

Surpris en train de rêvasser. Asseyez-vous aussi !

Surpris en train de rêvasser. Asseyez-vous aussi !

Le village de Pennes-le-Sec sous les rochers de St-Michel. Le Tavard en haut à gauche.

Le village de Pennes-le-Sec sous les rochers de St-Michel. Le Tavard en haut à gauche.

Les rochers des Blaches.

Les rochers des Blaches.

Le Parquet et Reychas au-dessus de Pradelles.

Le Parquet et Reychas au-dessus de Pradelles.

Un coup par ici.

Un coup par ici.

Un coup par là.

Un coup par là.

Comment cadrer tout ça ?

Comment cadrer tout ça ?

Allez au pif !

Allez au pif !

Plier, mais ne pas rompre. Je m'incline !

Plier, mais ne pas rompre. Je m'incline !

Infidélité Drômoise 71 - Au sommet de la Pale
Petit mémento.

Petit mémento.

Un champ de lavande à 1 000 mètres d'altitude.

Un champ de lavande à 1 000 mètres d'altitude.

La journée sera belle à Rimon et Savel.

La journée sera belle à Rimon et Savel.

Voir les commentaires

Publié le 1 Octobre 2014

Quelle luminosité !

Quelle luminosité !

Voir le soleil se coucher est toujours un moment exquis. C'est un plaisir simple qui permet de relativiser pas mal de choses. J'avoue en abuser. J'avoue en avoir besoin. En vacances dans la Drôme, ce spectacle remplace sans discussion la télé. A 1000 mètres d'altitude à Rimon, il me suffit de prendre le chemin du relais pour y assister. La tentation est souvent bien trop grande. Inutile de résister.

Parfois, les nuages s'invitent, magnifient ou abrègent la représentation. Souvent, les couleurs sont différentes et laissent place à l'imagination. Je vous propose de m'accompagner lors d'une première balade semi-nocturne dans le ciel rimonais. C'était le 8 juillet dernier.

Il va falloir éviter la flaque au retour.

Il va falloir éviter la flaque au retour.

Tout au loin, les Rochers des Blaches.

Tout au loin, les Rochers des Blaches.

Le soleil commence à se retirer.

Le soleil commence à se retirer.

Les Trois Becs.

Les Trois Becs.

Ce soir, le soleil est pressé de se coucher.

Ce soir, le soleil est pressé de se coucher.

Attends-moi !

Attends-moi !

Un dernier clin d'oeil s'il te plaît ?

Un dernier clin d'oeil s'il te plaît ?

Merci et bonne nuit.

Merci et bonne nuit.

Je reviendrai...

Je reviendrai...

Mille et une pensées.

Mille et une pensées.

Faîtes de beaux rêves.

Faîtes de beaux rêves.

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme, #Rimon & Savel

Publié le 29 Août 2014

Un sacré panorama.

Un sacré panorama.

Aujourd'hui, je vous propose un petit tour sur la Serre Chauvière qui domine le Col du Royet et fait face au Glandasse. C'est un magnifique endroit calme et silencieux qui propose des vues à 360 degrés. Parfait pour se détendre et évacuer son stress. Les mots sont vains. Place aux photos pour se détendre. Merci de votre passage.

A l'ouest, les Trois Becs et Cresta notamment.

A l'ouest, les Trois Becs et Cresta notamment.

Le Massif du Grand Barry.

Le Massif du Grand Barry.

D'où je viens.

D'où je viens.

Où je vais.

Où je vais.

Infidélité Drômoise 57 - Sur la Serre Chauvière
Je vous préviens. J'en ai pris plein des comme cela !

Je vous préviens. J'en ai pris plein des comme cela !

Infidélité Drômoise 57 - Sur la Serre Chauvière
Un aperçu de la végétation avec de maigres pelouses et de nombreux pins noirs.

Un aperçu de la végétation avec de maigres pelouses et de nombreux pins noirs.

On se demande si c'est réel.

On se demande si c'est réel.

Infidélité Drômoise 57 - Sur la Serre Chauvière
J'ai été hypnotisé par cette lumière...

J'ai été hypnotisé par cette lumière...

.... un bon moment

.... un bon moment

un long moment !

un long moment !

Du lapiaz ?

Du lapiaz ?

ou sinon à qui sont ces pas ?

ou sinon à qui sont ces pas ?

Infidélité Drômoise 57 - Sur la Serre Chauvière
Une coupe transversale de la Serre Chauvière...

Une coupe transversale de la Serre Chauvière...

Il vaut mieux bien attacher la corde.

Il vaut mieux bien attacher la corde.

Panorama au sud.

Panorama au sud.

La Servelle.

La Servelle.

Ou encore la Pale.

Ou encore la Pale.

Infidélité Drômoise 57 - Sur la Serre Chauvière
Tout au fond le Vercors. Le Massif de Justin juste avant Die.

Tout au fond le Vercors. Le Massif de Justin juste avant Die.

Une ancienne méthode.

Une ancienne méthode.

La Haute Vallée de la Drôme.

La Haute Vallée de la Drôme.

Encore un endroit vertigineux !

Encore un endroit vertigineux !

Un perchoir que je ne testerai pas.

Un perchoir que je ne testerai pas.

Magnifique !

Magnifique !

Deux vautours dans les airs. Zut ! Je n'ai pas pris mon "gros" objectif.

Deux vautours dans les airs. Zut ! Je n'ai pas pris mon "gros" objectif.

Ils sont bagués. Leur ombre est impressionnante sur le plateau.

Ils sont bagués. Leur ombre est impressionnante sur le plateau.

Les serres de la Serre Chauvière ? Oui, mais les vautours n'en ont pas !

Les serres de la Serre Chauvière ? Oui, mais les vautours n'en ont pas !

Un troupeau de moutons. Un patou m'a gentiment tenu à l'oeil.

Un troupeau de moutons. Un patou m'a gentiment tenu à l'oeil.

Sur le chemin du retour. Le retour à la civilisation s'annonce bien difficile...

Sur le chemin du retour. Le retour à la civilisation s'annonce bien difficile...

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme, #Rimon & Savel

Publié le 24 Juillet 2014

Un réveil brumeux.

Un réveil brumeux.

Dimanche 29 juin 2014. Après une grosse nuit de sommeil (12 heures !), j'ouvre les yeux... et les volets du gîte. Stupéfaction, Rimon et ses montagnes baignent dans les nuages ! Serai-je dans le potage ?

Des nuages blancs impressionnants.

Des nuages blancs impressionnants.

Quel bonheur ce plateau. Un petit tour sur la crête ?

Quel bonheur ce plateau. Un petit tour sur la crête ?

Un champ de lavande à 1 100 mètres d'altitude. Ciel bleu au sud.

Un champ de lavande à 1 100 mètres d'altitude. Ciel bleu au sud.

En début d'après-midi, l'horizon se dégage. Le soleil est de retour. J'en profite pour effectuer un petit décrassage pédestre sur le Plateau de Solaure. Je n'aurais pas le temps de rallier le Col du Royet. Au Nord-ouest, une épaisse couche nuageuse s'approche. Mieux vaut rebrousser chemin. L'orage s'annonce.

Côté Vercors, au nord du Massif du Grand Barry, le ciel s'assombrit brusquement.

Côté Vercors, au nord du Massif du Grand Barry, le ciel s'assombrit brusquement.

Le contraste est saisissant.

Le contraste est saisissant.

Sur le chemin du retour, j'accélère le pas.

Sur le chemin du retour, j'accélère le pas.

Les Trois Becs sont déjà sous les nuages.

Les Trois Becs sont déjà sous les nuages.

Quasiment du noir et blanc. Peut-être une idée pour la suite...

Quasiment du noir et blanc. Peut-être une idée pour la suite...

Demain, il fera beau. J'en suis sûr. Le mauvais temps ne dure jamais ici. D'ailleurs, de jolies couleurs réapparaissent déjà dans le ciel pour le coucher de soleil. Ouf !

Coucher de soleil dans le ciel d'Angèle. Apercevez-vous le Ventoux ?

Coucher de soleil dans le ciel d'Angèle. Apercevez-vous le Ventoux ?

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Pennel

Publié dans #Drôme, #Rimon & Savel

Publié le 26 Juillet 2013

Infidélité Drômoise 48 - A l'ombre des Rochers des Blaches

Et si on partait en randonnée satisfaire notre curiosité ? Si vous avez emprunté la route en lacets (D581) qui mène à Rimon & Savel, alors sans doute avez-vous été intrigué par ces Rochers qui semblent cacher le Col de Pennes. Dans le prolongement des Gravelles, voici les Rochers des Blaches au sud-ouest du sommet de La Pâle.

Pour ma part, j'ai choisi d'y accéder depuis Bramevache. C'est le versant nord en quelque sorte. Je ne prends même pas la voiture. Le début du sentier se situe à un gros kilomètre en contrebas de Rimon. De visu, les Rochers ne semblent pas loin. Mais à pied, trois kilomètres sont nécessaires pour contourner le joli ravin.

Depuis la route de Rimon, l'objectif du jour au départ de Bramevache.
Depuis la route de Rimon, l'objectif du jour au départ de Bramevache.
Depuis la route de Rimon, l'objectif du jour au départ de Bramevache.
Depuis la route de Rimon, l'objectif du jour au départ de Bramevache.

Depuis la route de Rimon, l'objectif du jour au départ de Bramevache.

C

Le début du sentier est escarpé. C'est un bon moyen de s'échauffer. Discret et efficace, le balisage me conduit à une vieille piste qui semble monter vers La Pale. Je ne le saurai jamais. Quelques centaines de mètres plus loin, le circuit bifurque sur la droite pour retrouver un sentier sec et sauvage.

En pleine floraison, les genêts donnent une couleur particulière au paysage. Dans mon dos, à l'ouest, les Trois Becs et l'Aiguille tentent de me distraire. Le panorama est inédit. Devant moi, c'est l'inconnu. Les versants sont raides. Mais par où vais-je donc passer ? Quelques virages glissants se succèdent et m'incitent à la prudence. Je traverse un ruisseau qui s'assèche inexorablement.

Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.
Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.

Un sentier sec, sauvage et coloré avec une belle vue sur les 3 Becs.

Comme vous pouvez le voir ici sur le site des VTTistes de Singletrack, cette randonnée se présente en forme de "\supset" avec un virage à 180 degrés. C'est au cœur de ce virage que se profile le second passage escarpé. Cela ne dure pas bien longtemps mais cela fait souffrir les mollets. Comme en témoigne le passage herbeux qui suit, le circuit change de physionomie.

Je reprends la direction de l'Ouest et m'enfonce dans un sous-bois. C'est ici que se découvrent les bases des rochers plongées mystérieusement dans l'obscurité. Même si les arbres empêchent de regarder plus haut, comment ne pas se sentir tout petit ? Un carrefour se profile à l'horizon. Il annonce le site des Rochers des Blaches et propose deux directions : un sentier descend sur les Gravelles direction Savel et l'autre remonte au Pas des Blaches sur 500 mètres. C'est ce dernier que je vais naturellement emprunter.

 

Le Pas des Blaches.
Le Pas des Blaches.
Le Pas des Blaches.
Le Pas des Blaches.
Le Pas des Blaches.
Le Pas des Blaches.

Le Pas des Blaches.

Ce demi-kilomètre est aussi difficile que spectaculaire. Au fur et à mesure que l'on sort du sous-bois, se dévoilent les sommets des rochers. C'est vertigineux. Le dénivelé est important (130 mètres environ) et le passage est exposé. Plus que copieuse, l'enfilade d'une belle brochette d'épingles serrées est le point d'orgue de cette randonnée. Tout se fait dans un petit périmètre. Attention danger !

C'est ainsi que je me retrouve au Pas des Blaches à 1009 mètres d'altitude. Au milieu des pierres et du buis, sur un large replat, je me repose paisiblement en contemplant l'horizon. Au Nord, j'aperçois le village de Rimon à travers les rochers. Au Sud, je reconnais Pennes-le-Sec et la route d'Aucelon. Il est trop tard pour plonger de ce côté et remonter par le Pas de Savel.

1) Rimon vu des Pas des Blaches  2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin...  3) Le chemin qui redescend sur Pennes  4) Le panorama au sud du pas  5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.
1) Rimon vu des Pas des Blaches  2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin...  3) Le chemin qui redescend sur Pennes  4) Le panorama au sud du pas  5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.
1) Rimon vu des Pas des Blaches  2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin...  3) Le chemin qui redescend sur Pennes  4) Le panorama au sud du pas  5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.
1) Rimon vu des Pas des Blaches  2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin...  3) Le chemin qui redescend sur Pennes  4) Le panorama au sud du pas  5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.
1) Rimon vu des Pas des Blaches  2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin...  3) Le chemin qui redescend sur Pennes  4) Le panorama au sud du pas  5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.

1) Rimon vu des Pas des Blaches 2) Pennes le Sec ? ah oui ça fait loin... 3) Le chemin qui redescend sur Pennes 4) Le panorama au sud du pas 5) Les Blaches vus de la route du Col de Pennes.

Je n'irai pas plus loin dans l'exploration de ces Rochers des Blaches. Je préfère rebrousser chemin. En mode descente, je teste la série d'épingles serrées. J'y croise une couleuvre. Sur le passage herbeux à l'aplomb de La Pale, je cherche une trace qui remonterait au Col de Louis. J'ai le sentiment d'être tout proche. Mais pour autant, je n'aperçois pas le Rocher de St Michel qui me faisait de l’œil depuis le départ de la randonnée. Cela sera donc pour une autre fois.

Zoom sur les Rochers des Blaches et le Pas du même nom. La dernière photo est celle du Rocher esseulé de St Michel que j'aurais bien aimé photographier de plus près.
Zoom sur les Rochers des Blaches et le Pas du même nom. La dernière photo est celle du Rocher esseulé de St Michel que j'aurais bien aimé photographier de plus près.
Zoom sur les Rochers des Blaches et le Pas du même nom. La dernière photo est celle du Rocher esseulé de St Michel que j'aurais bien aimé photographier de plus près.

Zoom sur les Rochers des Blaches et le Pas du même nom. La dernière photo est celle du Rocher esseulé de St Michel que j'aurais bien aimé photographier de plus près.

Pour info, il m'a fallu 4 heures 30 de marche pour faire cette randonnée d'une dizaine de kilomètres. Je vous laisse un lien ici pour découvrir un autre récit : celui des randonneurs drômois de "Voyages Filippiens" eux aussi passés par là.

 

Si vous souhaitez agrandir la photo, cliquez dessus. Vous pourrez aussi faire défiler l'ensemble des photos de cet article.

Bonus photos.
Bonus photos.
Bonus photos.
Bonus photos.
Bonus photos.

Bonus photos.

Voir les commentaires